A la recherche de nos Origines

Recherche de ma famille bio et un peu de généalogie
 
Portail**AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mon histoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Georgette
Admin
avatar

Nombre de messages : 81
Age : 67
Localisation : Gaspésie
Emploi/loisirs : Plein Air et mon ordi
Réputation : 3
Date d'inscription : 24/02/2009

MessageSujet: Mon histoire   Jeu 26 Mar 2009 - 23:50

Mon Histoire

Une histoire donc je ne connais pas encore son vrai début ni sa fin.


C’est le 12 septembre 1950 à 12 h15 que j’ai fais mon apparition dans
cette humanité .

La première fille que ma mère biologique mets au monde à l’hôpital
de la Miséricorde de Québec. Je n’ai que quelques heures, on me transféra
à la crèche St -Vincent - de Paul de Québec pour être baptiser le jour même .

Pauvre p'tite maman vous pas eu beaucoup de temps pour de me cajoler
qu’on m'arrache déjà arracher à vous. Votre décision de me placer en adoption
était-elle déjà prise ? Etes-vous demeuré longtemps à Québec avant et après
ma naissance ? Aviez-vous de l’aide de ta famille pour te soutenir ?


Vous, papa, l'avez vous accompagné à Québec ? Où elle a dû
s’exiler pour me donner naissance? Était-ce une belle histoire d’amour? Ou une aventure d’un soir ?
Avez-vous décidé d’accepter votre responsabilité ?

Pourquoi ce délais ? C’e n'est le 3 octobre 1950, que les papiers d’abandon
furent signés.

Le 9 mai 1951 que je suis placée en adoption en Gaspésie chez mes parents
adoptifs grâce a la collaboration du curé de la paroisse. Ils ont déjà un fils biologique .
Ils sont trop âgés pour avoir un autre enfant. (mes parents adoptifs ont l’âge de mes
grands-parents biologiques). Très heureux de ma venu parmi eux, je suis choyée,
aimée et bien traitée selon leurs moyens financier. Ma mère ayant enfin sa petite fille, mon frère sa petite sœur et je serai leur bâton de vieillesse.

Mes parents ne m’ont jamais parlé d’adoption étant jeune. La première fois que je dû faire face à ce mot je n’ai que 5 ans. Je joue avec les enfants du voisinage et je ne sais pas ce que j’avais fais de pas correct mais l’un deux m’a cri
«Toi vas t’en chez vous,
tu peux pas jouer avec nous,
tu es adoptée et tu viens de la crèche

Dans ma petite tête d’enfant de cinq ans et vivant sur une ferme, la crèche se
trouve dans la grange ; c’est la mangeoire des animaux où bien la crèche
ou est né le petit Jésus. Est-ce que je suis comme le petit Jésus ? J’en parle à ma mère qui m'explique vaguement et pour mes cinq ans, je ne saisi pas trop bien ce qu'elle veux dire.

Le mot ADOPTÉ me reste en mémoire malgré mon jeune âge. Je ne comprend
toujours pas ce qu’il veux dire jusqu’au moment où une petite voisine est venue
chercher à la ferme un petit chaton qu’elle voulait adopter parce qu‘on déménageait.
Là je commençais à comprendre que mon petit chaton aurai une autre famille pour s’occuper de lui. Mais moi j’ai une famille. Où était le rapport ? Bon après le petit Jésus me voilà comme ¨un petit chaton¨

Après le déménagement ,dans la nouvelle, maison nous recevons de la visite.
Ils jasent entre euxet moi je suis toujours à l’écoute. Une ma tante ,bien intentionné dit:

«À voilà ¨votre petite fille¨
que vous avez pris en «ÉLÈVE»


Bon, encore un nouveau mot que je ne sais pas ce qu’il veut dire, à l‘époque.
Encore une explication évasive de ma mère quand je me renseigne.

Ma mère ayant toujours été soigneuse sur mon apparence.Je me souviens que
pour une photo d’école elle me coiffe met mes petites barrettes roses dans mes
cheveux. Ces petites barrettes je les ai depuis que j’ai été adoptée (ce que j’ai appris plus tard)
Ces petites barrettes ont toujours été dans une petite boite accompagnée d’une
petite brosse de bébé et un peigne avec un nom et une date sous la boite. Ce nom écrit sous la boite est Alicia mai 1951. Ce nom et cette date m’a toujours intrigué.
Au fil desans je comprends ,je crois, ce que le mot adopté et que ce prénomne
pouvait être que le mien.


Ma mère n’a jamais voulu m’avouer que j’ai été adoptée. Elle disait que j‘étais s
a petite fille et que ceux qui disent le contraire sont des menteurs ou des jaloux .
Que je lui faisais de la peine en lui parlant de cela . Mon père adoptif aurait
peut-être été plus réceptif si j’avais insisté. Étant donné que je fais duchagrin
à ma mère , je dois faire a mon père . J’ai donc clos le sujet .


Je fais quelques démarches sans leur en parler. Je ne veux pas les
tourmenter ni un ni l’autre puisque je les aime bien gros.


Ma première démarche commence vers 1966 dans le journal ''ALLÔ POLICE''
dans une petite chrinique sur les ''Recherches de parents biologiques'' .
Les adresses des CSSS(Centre Jeunesse maintenant) étaient écrites . Je les garde précieusement jusqu'en 1981 , moment ou je décide de faire une vraie
recherche officiel .


Le 17 mars 1981 je recois une réponse à la lettre que j'avais adressé a
l'abbé Louis Paré responsable du service de l'adoption. Une brève description
de mes parents biologiques au moment de ma naissance (célibataires les deux ,
leur age, couleur des cheveux ,nationnalité etc......) rien d'autre, PAS DE NOM FICTIFS , aucune régions de leur provenance. C'est très décevant comme information .


Il est écrit aussi: «Ni votre père,ni votre mère n'ont communiqué
avec nous pour s'identifier ou prendre de vos nouvelles» .
Ce qui est faux.


Je prend donc un recul face a cette réponse . Croyant aussi qu'il n'y a plus rien
d'autre à faire tant et aussi longtemps qu'eux ne se manifesteront pas .


Qu'est ce qui me pousse à toujours vouloir savoir ? Moi l'intruse qui
veux arriver dans leur vie . Et en même temps cette peur de ce que
je vais découvir . Vont-ils m'accepter ? Vont-ils m'aimer ? Qui sont ces parents inconnues ? Est-ce des gens de ma famille adoptive, une tante ,une cousine
qui ne veulent pas se faire reconnaitre ?


En 2001 je tente a nouveau ma chance auprès du Centre Jeunesse.
(car on m'a dit qu'il y avait des lois de changer en 1983) Je recois une réponse le 5 juin et hourra !!!! il y a un nom, fictif oui mais un nom quand même . Je m'appelais " AliciaAchard "


Il est mentionné qu'il y a un projet pilote qui aide a faire avancer les recherches plus rapidement . il y a des couts $$$ bien sur .Depuis le temps que je veux
savoir ,autant prendre une chance de retrouver plus vite . Ce projet se fait
en trois étape : Localisation ,contact avec la personne recherchée par une travailleuse sociale , la retrouvaille s'il y a lieu avec ou sans leur aide selon ce que l'on veux débourser .(ce projet n'existe plus.)


J'ai une entrevue téléphonique d'environ 45 minutes (vu la distance des grand centre).La travailleuse socialeveux connaitre mes but et mes attentes face a ma démarche .Elle m'explique très bien les possibilités :
Possibilité d'une retrouvailles, d'un décès, d'un déni, d'une personne
introuvable , d'une REFUS.

J'ai trop d'espoir en ces démarches , je veux une retrouvaille c'est mon but .
Connaitre enfin ma famille ,savoir qui je suis ,d'ou je viens .


Ce n'est pas que je renie ma famille adoptive loin de la ,je leur suis reconnaissante .J'ai eu de bon parents adoptifs qui n'ont donné beaucoup d'amour ,un frère qui a pris soin de moi comme si j'étais un trésor a protéger . Mes deux parents sont décédés. Je ne peu leur faire de mal en recherchant, me dis-je ? Mes racines ne sont pas les leurs .


Octobre 2001 , le téléphone sonne, la travailleuse sociale a des nouvelles
pour moi . Je tremble au bout du fil en entandant sa voix . Ma Mère est localisée et est contacter . Elle me refuse la retrouvaille .

Pourquoi ??????????

Je n'ai jamais envisagé cette option malgré que je savais que c'était possible.
Un décès oui , mais un refus oh que non. Me revoilà à la case départ.
Comme héritage, quelques informations en boni. (Celles dont ma mère a bien voulu donner à la travailleuse sociale.)



Lors de cet appel ma mère biologique lui parle de moi .La première fois depuis
plus de 50 ans . Après ma naissance mes parents se sont mariés. Ila sont revenus , à la crèche pour me reprendre avec eux . Comme ils l'ont toujours espéré . Il leur fut dit que je suis placé dans une famille d'adoption et qu'il va me faire revenir . Ils font donc une seconde tentative quelques semaine plus tard

Cette fois ils ont droit à une toute autre réponse:


«Votre fille est décédée dans un accident de voiture avec sa famille adoptive »


Encore une autre affaire je suis décédée maintenant, cela n'a pas de sens. Pourquoi tant de méchanceté à des parents qui veulent seulement reprendre son enfant. Pour eux c’est le deuil, la tristesse, la culpabilité.


Puisque personne n’est au courant de ma naissance, mon père lui fait promettre (
à ma mère) que jamais plus ils ne reparleront de moi. Mon père étant hélas décédé en 1983 sans savoir que je suis toujours de ce monde.


Ma mère biologique a refait sa vie en 1995. Elle ne m'a jamais oublié et est très
heureuse de savoir que je vais bien et que j’ai eu de bon parents. J’ai deux sœurs, quatre frères qui ne connaissent pas mon existence, tout comme son nouveau conjoint. Elle se sent incapable de les informer. Elle a peur du jugement, des conflits qui pourraient s’en suivre.


J’essaie de respecter et de comprendre votre décision maman, je n’ai pas d’autres choix. Après le refus, mon dossier sera fermé tant et aussi longtemps que vous ne revenez pas sur votre décision.

Pour moi, mon cœur, mes bras, sont toujours grands ouverts, près à vous y accueillir, quand vous, vous le voudrez.


Voilà maman, c’est mon histoire et, aussi un peu la nôtre.



Quand allons-nous l’écrire dans un même livre ???


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://recherchons-origines.forumactif.org
 
Mon histoire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Histoire de la prison Bonne Nouvelle de Rouen
» Histoire des noms de nos navires
» L'histoire du Corps de Marine
» L'histoire de petit Louis
» histoire de paysan normand

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A la recherche de nos Origines :: Discussions :: Racontez nous votre Histoire :: Histoires d'adopte(e)s-
Sauter vers: